Le Secrétaire général de l’ONU réclame plus d’ambition et d’engagement lors de la COP25

S’adressant aux médias 24 heures avant le début de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP25) à Madrid, du 2 au 13 décembre, le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a mis en garde contre une accélération des effets du changement climatique et a appelé les gouvernements à faire preuve d’ambition et d’engagement accrus.

«Les catastrophes naturelles liées au climat deviennent de plus en plus fréquentes, plus meurtrières, plus destructrices, avec des coûts humains et financiers croissants. La sécheresse dans certaines parties du monde progresse à un rythme alarmant, détruisant les habitats humains et mettant en péril la sécurité alimentaire. Chaque année, la pollution atmosphérique, associée au changement climatique, tue sept millions de personnes. Le changement climatique est devenu une menace dramatique pour la santé et la sécurité humaines », a-t-il déclaré.

Antonio Guterres a décrit le comportement humain actuel comme une “guerre contre nature”. Afin de maintenir le changement climatique dans des limites raisonnables, les pays devront limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degrés Celsius, atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030. Ce sont les limites délimitées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations unies (GIEC). António Guterres a averti que, jusqu’à présent, les efforts de la communauté internationale pour atteindre ces objectifs étaient «tout à fait inadéquats».

«Aujourd’hui, le monde produira 120% de combustibles fossiles en plus par rapport à une trajectoire de 1,5 degré. Et pour le charbon, le chiffre est de 280%. Mais la communauté scientifique nous dit également que la feuille de route pour rester en dessous de 1,5 degré est toujours à notre portée », a-t-il souligné.

Antonio Guterres dit espérer de la COP25, et des pays dans les mois à venir, une «démonstration claire d’ambition et d’engagement accrus en matière de responsabilité et de leadership».

«J’espère vivement que la COP25 sera en mesure de s’accorder sur les lignes directrices pour la mise en œuvre de l’article 6 de l’accord de Paris. Cela n’a malheureusement pas été réalisé à Katowice. Cet accord établira une base solide pour la coopération internationale en vue de réduire les émissions et permettra au secteur privé de jouer un rôle plus important dans l’action climatique. »

Faisant allusion au fait que les pays soumettront des plans d’action nationaux révisés pour le climat à la fin de l’année prochaine, indispensables pour accroître l’ambition climatique et atteindre les objectifs de l’Accord de Paris en matière de lutte contre la pollution, il a déclaré qu’il était essentiel de garantir des engagements nationaux plus ambitieux, notamment des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, commencer immédiatement à réduire les émissions de gaz à effet de serre à un rythme compatible avec la neutralité carbone d’ici 2050.