La COP25 s’ouvre à Madrid ce lundi 2 décembre 2019

Le lundi 2 décembre à 8 heures du matin, heure locale, le président de la COP24, le Polonais Michal Kurtyka, a cédé sa place à la ministre de l’Environnement du Chili, Carolina Schmidt, qui présidera la conférence de cette année. La cérémonie d’ouverture officielle commencera à 10h30. Après la cérémonie d’ouverture, à 11 h 30, les chefs d’État et de gouvernement participeront à une table ronde présidée par le président par intérim du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, et par la présidente de la COP25, Carolina Schmidt. Ils seront encouragés à soumettre leurs plans et initiatives concrets pour accélérer les actions en faveur du climat et atteindre un niveau plus élevé d’ambition mondiale en 2020.

Quelque 48 heures plus tôt, la présidente désignée de la COP25, Carolina Schmidt a officiellement pris possession du centre de conférence IFEMA de Madrid lors d’une cérémonie organisée sur place en compagnie notamment de la secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa, et de la ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera.

«Je tiens à remercier Teresa, et à travers elle, l’ensemble du gouvernement pour son énorme soutien et sa générosité dans l’organisation de la COP25, présidée par le Chili. C’est le meilleur exemple possible de travail multilatéral et de fraternité face à un problème commun : la crise climatique », a déclaré Schmidt plaidant pour un changement de cap mondial tout en invitant les pays à travailler ensemble et à s’engager vers des objectifs plus ambitieux qui permettront de combler le fossé entre les engagements actuels et ceux nécessaires pour éviter la hausse des températures au-dessus de 1,5 degrés Celsius, comme le veut la science.

Ce qu’il faut retenir de cette COP25

Environ 50 chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Madrid pour prendre part à la COP25. Au total, 29 000 personnes assisteront au sommet, parmi eux, 1500 journalistes accrédités, sans oublier les 196 délégations ainsi que les représentants de haut niveau de l’Union européenne et d’autres organisations internationales, telles que l’OCDE et la BID.

Au niveau budget alloué, le gouvernement espagnol estime à environ 50 millions d’euros les dépenses occasionnées par l’organisation de la COP25. En comparaison, le sommet de Paris de 2015 avait un coût estimé à 178 millions d’euros.

Du déroulement de la COP25

Le segment de haut niveau ou la section ministérielle – où les ministres entament la négociation, jusqu’alors essentiellement technique et menée par les délégués des pays – aura lieu les 10 et 11 décembre. Les plénières de clôture sont programmées pour les 12 et 13 décembre. Il s’agit ici d’une nouveauté décidée par la présidence chilienne qui les organise cette année sur deux jours.

La devise de cette COP25 est «Il est temps d’agir» ou avec les hashtags officiels du sommet (#TiempoDeActuar / #TimeForAction).

Le centre IFEMA, où se déroule la COP25, s’étend sur une superficie de 113 000 mètres carrés répartie sur 7 pavillons de plus de 100 000 mètres carrés et les 13 000 mètres carrés supplémentaires sont répartis entre les centres de congrès et les salles de réunion.

Comme d’habitude lors des COP, il existe deux zones différentes pour les événements et les réunions: une zone bleue, centrée sur les événements et négociations officiels des Nations Unies, et une zone verte, dédiée aux événements de la société civile.

La zone bleue est l’espace géré par l’ONU et constitue le site des sessions de négociation de la COP25, la quinzième réunion des parties au protocole de Kyoto (CMP15) et à la deuxième réunion des parties à l’accord de Paris (CMA 2), ainsi que les manifestations parallèles officielles des Nations Unies. C’est le site de négociation multilatérale proprement dite, avec deux salles plénières, des salles de réunion pour les négociations et des salles pour les délégations.

La Zone bleue abrite également la salle de presse et deux salles de conférence de presse, gérées par l’ONU. Le pavillon de l’Espagne, pays hôte de l’événement, se trouve dans la zone bleue.

Quant à la zone verte, qui couvre environ 3 000 mètres carrés, il s’agit d’un espace réservé aux citoyens, aux réunions et à la sensibilisation à l’environnement, avec laquelle l’Espagne souhaite faciliter la participation de toute la société civile. Les activités de cet espace porteront sur les thèmes de la transition climatique juste, de la santé, du genre, de la finance durable, de l’innovation, des forêts, de la science et du changement climatique, ainsi que des solutions basées sur la nature.