Les Etats-Unis se retirent de l’Accord de Paris sur le climat : est-ce vraiment une catastrophe ?

Capture d'ecran:https://www.notre-planete.info/actualites/4617-Etats-Unis-sortie-accord-Paris-climat

Avec l’arrivée du président Trump à la tête des Etats-Unis, l’environnement ne devait plus être une priorité de l’administration américaine. Ceci vient de se vérifier puisque, en conformité avec sa promesse électorale, Donald Trump a choisi de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris qui fixe des règles non contraignantes pour éviter que l’augmentation de température planétaire dépasse les 2°C. Mais est-ce vraiment une décision catastrophique pour les générations futures ?

Les Etats-Unis avaient ratifié l’Accord de Paris sur le climat le 3 septembre 2016, sous l’administration Obama. Cet accord, salué par la classe dirigeante et les médias mainstream, est entré en vigueur le 4 novembre 2016, trente jours après sa ratification par au moins 55 parties représentant 55 % des émissions.

Cet accord fixe comme objectif de limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale à 2° Celsius au maximum par rapport aux niveaux de l’époque pré-industrielle et, de préférence, à moins de 1,5° Celsius. Au-delà, il est établi que le climat de la Terre basculerait vers un nouvel équilibre intenable pour nos sociétés actuelles.

Au 1er juin 2017, 145 parties représentant plus de 82 % des émissions de gaz à effet de serre avaient ratifié l’accord.

Pour satisfaire à cet objectif, les Etats-Unis préconisaient de réduire de 26 à 28 % leurs émissions de CO2 d’ici à 2025 par rapport à 2005. Cependant, ils en ont finalement décidé autrement et se sont retirés légalement du processus.

Les États-Unis ont donc formellement notifié lundi 4 novembre 2019 à l’ONU leur sortie de l’accord de Paris sur le climat, a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur Twitter : “Nous entamons aujourd’hui le processus officiel de retrait de l’Accord de Paris. Les États-Unis sont fiers de leur réputation de chef de file mondial dans la réduction de toutes les émissions, la promotion de la résilience, la croissance de notre économie et la garantie de l’énergie pour nos citoyens. Notre modèle est réaliste et pragmatique.”
Cette décision rend inéluctable la sortie américaine définitive de l’Accord dans un an, le 4 novembre 2020.

Pourquoi il faut relativiser la sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris

Les “stars”, les élus, une grande partie de la société civile et les grands médias ont des mots très durs face à la décision de Donald Trump. Ils n’hésitent pas à être injurieux et à annoncer la fin du monde pour les générations futures à cause de la seule décision américaine…
Pourtant, c’est notre civilisation consumériste et boulimique qui a engendré le réchauffement climatique, un bouleversement planétaire hors de contrôle. Or, nos sociétés de consommation restent persuadées qu’avec de petits ajustements à la marge et de belles déclarations annuelles, elles pourront continuer leur business en limitant plus ou moins les dégâts. C’est ce même système, sans aucun avenir ni intérêt, qui s’insurge maintenant quand l’un de ses rouages ne veut plus jouer le jeu de l’hypocrisie.

En fait, la réalité est un peu moins manichéenne… Voici pourquoi nous relativisons fortement les conséquences du retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris :

Les Etats-Unis ne pèsent que 15 % des émissions

Selon les données 2017 du Global Carbon Atlas qui fait référence, 14,5 % (5 270 MtCo2 – en baisse depuis 2015) des émissions de CO2 proviennent des Etats-unis, contre 27,2 % (9 839 MtCo2 – en baisse depuis 2015) pour la Chine et 11 % pour l’Europe (4 000 MtCo2 – en augmentation depuis 2015).

Certes, le retrait américain est symbolique, il s’agit de la 3e puissance économique mondiale (en terme de PIB), derrière la Chine et l’Europe, mais ses émissions de CO2 ont nettement diminué depuis la fin des années 1990 alors que celles de la Chine se sont envolées et pèsent maintenant presque deux fois plus que les Etats-Unis. (lire la suite sur:https://www.notre-planete.info/actualites/4617-Etats-Unis-sortie-accord-Paris-climat)