Gel des dépenses scientifiques brésiliennes: La mort d’un modèle de développement pour la recherche en Haïti

Depuis 2006, nous observons avec beaucoup d’intérêt la construction et le développement des capacités du Brésil en matière de science et d’innovation. Les différentes mesures et outils de politique public développés par the National Council for Scientific and Technological Development (CNPq) of Brazil, et les moyens financiers mis à sa disposition par les gouvernements brésiliens pour financer ont non seulement conduit à un véritable développement des capacités  en science et innovation du pays, mais également ont suscité une curiosité chez des chercheurs de plusieurs pays du Sud pour initier des démarches auprès de leur gouvernement sur la nécessité d’adopter des politiques de financement public de la science et de la technologie. L’annonce faite en Mars 2019 par le Gouvernement brésilien de freeze 42% of the budget for the science (Nature 568; 2019), est un coup très dur pour la recherche au Brésil et la mort d’un modèle de développement pour la recherche plus particulièrement en Haïti. Actuellement le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, avec près de 60% de la population vivant sous le seuil de pauvreté national (https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ha.html), la croissance du PIB que nécessite Haïti pour assurer son développement économique et sociale se sera jamais atteint en absence d’une politique au bénéfice du développement de la science et de l’innovation. Conscient de cette réalité, les scientifiques haïtiens ont pris appui sur les efforts déployés par le Brésil au cours des récentes décennies pour proposer au Gouvernement haïtien l’idée d’accorder un millième du PIB au financement public de la recherche scientifique.

En effet, le financement public au niveau national de la recherche permet à l’Etat de favoriser et d’augmenter la production de nouvelles connaissances. Ces savoirs, une fois validés par les pairs, se soumettent au secteur privé ou public pour la création de la richesse nationale. En dehors de la production de nouvelles connaissances, aucun développement n’est possible. Réduire le financement de la recherche scientifique revient à stopper le développement économique, créer les déséquilibres sociétaux et renforcer les inégalités sociales. La relation entre développement socio-économique et la recherche devrait inciter les agences internationales de financement à prendre des mesures recherche scientifique et innovation dans les pays en développement.

Référence

Angelo C. Brazil freezes science spending. Move to put nearly half of the science ministry’s budget on ice could derail major projects. Nature 568, 155-156, 2019. Doi: 10.1038/d41586-019-01079-9. https://www.nature.com/articles/d41586-019-01079-9

 

 

Evens Emmanuel[1]*, Gary W. Gervais2, Max F. Millien1

 

1Université Quisqueya, École doctorale «Société et Environnement », 218, Avenue Jean Paul II, Haut de Turgeau, Port-au-Prince, Haiti.

2Departamento de Ciencias Ambientales, University of Puerto Rico, Recinto de Río Piedras, Ave. Juan Ponce de León, San Juan, Puerto Rico 00936

[1]* Corresponding author. Tel :  (509) 3423 4269 / (509) 3718 4833

E-mail address : evens.emmanuel@uniq.edu