Quand va t’on arrêter de détruire l’agriculture de ce pays ?

Le 16 février 2019, j’ai pleuré. Après 10 jours de silence et de vacillement, le gouvernement, par la voix du premier ministre Céant, a annoncé une mesure qui ne manquerait pas d’être populaire: la marmite de riz à 35 gourdes ! En d’autres termes, la subvention pure et simple d’un produit importé. Nous avions déjà les droits de douane les plus faibles du monde sur le riz, et désormais, ce riz importé sera aussi exempté de TCA et autres frais.

Depuis cette fatidique déclaration, je rencontre des producteurs de riz qui ont, eux aussi, pleuré à la fin du discours du chef de gouvernement. Ils me parlent de partir vers la ville, ou voir même, si l’opportunité se présente, de quitter le pays. Quitter Haïti, qui traverse une (autre) crise économique grave avec une inflation moyenne à plus de 15 % qui à atteint fin 2018 près de 25 % sur des produits de première nécessité importés, tel le riz .

Quitter Haïti, en réaction à cette mesure qui représente une vraie décision d’asphyxier  notre agriculture et nos agriculteurs. À quoi bon produire riz, pitimi, maïs, manioc, igname, banane et autres vivres puisque nous ne mangerons plus que du riz à 35 gourdes ? Il en résultera une augmentation de nos importations de riz et une diminution de la consommation des produits locaux non compétitifs face à ce riz importé et deux fois subventionné — une fois par les pays producteurs, ensuite par le gouvernement haïtien. Il sera certainement difficile de revenir sur cette mesure, sachant que chaque tentative de modifier le prix du riz est susceptible de se traduire par des émeutes. Il le faudra, pourtant. (Lire la suite)https://lenouvelliste.com/article/202139/quand-va-ton-arreter-de-detruire-lagriculture-de-ce-pays