De Paris à Marrakech, nos rendez-vous manqués


par Haiti Climat | avril 18th, 2019





En donnant lecture jeudi soir à la Proclamation d’Action de Marrakech, en séance plénière, l’ambassadeur Aziz Mekouar, en charge de conduire les négociations multilatérales, a amorcé la dernière ligne droite de la COP 22 qui se déroule en terre marocaine depuis le 7 novembre dernier. L’heure est déjà au bilan pour bon nombre de délégations, notamment celle d’Haïti qui consiste, selon le ministre Simon Dieuseul Desras, en une vingtaine de rencontres bilatérales. 

« Les négociations n’ont pas abouti parce que le groupe des 20 pays insulaires, le G77 et la Caricom veulent que les mesures d’adaptation soient prises immédiatement et que les promesses de financement se matérialisent enfin à un moment où Haïti est confrontée à pas mal de problèmes », a déclaré, déçu, le ministre de l’Environnement, Simon Dieuseul Desras, également le chef de la délégation haïtienne à cette Cop 22. Ce dernier s’inquiète par ailleurs du blocage dans le financement des fonds d’adaptation qui devraient être accordés aux pays vulnérables.

« Chaque année, on s’assoit autour de la table pour évoquer les mêmes problèmes mais jamais pour évoquer les progrès accomplis, notamment par les pays pauvres », se désole le ministre Desras, qui estime que les petits pays n’auront jamais accès à certains fonds si les procédures de décaissement ne sont pas allégées, tellement les mécanismes sont difficiles et les procédures compliquées.

Haïti, se réclamant des pays qui se disent favorables à un assouplissement des mécanismes et des procédures pour accéder au Fonds vert pour le climat, paradoxalement, ne fait pas partie des 110 pays qui ont déjà déposé leur instrument de ratification de l’accord de Paris par-devant la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Contrairement à d’autres petites îles de la région comme Antigua and Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Saint-Kitts-and-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines, etc.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur Le Nouvelliste