COP22 – Marrakech : Haïti à fond dans la lutte contre les changements climatiques

La vingt-deuxième Conférence des parties (COP22) de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) se poursuit à Marrakech, la quatrième plus grande ville du Maroc. Ce mercredi 16 novembre, en début d’après-midi (heure locale), le ministre de l’Environnement de la République d’Haïti, Simon Dieuseul Desras, a délivré son discours de circonstance au segment de haut niveau qui a démarré un peu plus tôt dans la matinée et qui offre aux dirigeants de la planète une tribune pour faire connaître leurs politiques environnementales et climatiques nationales. 

« L’éradication de la pauvreté dans mon pays devient presque une illusion quand de temps en temps les structures économiques et les infrastructures sont balayées par des catastrophes naturelles amplifiées par les incidences perverses du changement climatique », se désole le ministre Desras à la tribune de la conférence de l’ONU sur le climat qui, on pouvait s’y attendre, n’a pas manqué l’occasion d’évoquer le passage dévastateur de l’ouragan Matthew au début du mois d’octobre.

Matthew qui, en dévastant quasi totalement la région du Sud, selon le ministre, a non seulement coûté la vie à plus de 600 personnes, mais a également causé des dommages matériels estimés à plus de 20% du PIB national ainsi que des dégâts écologiques inestimables qui viennent assener le coup de grâce à une économie nationale déjà précaire.

Quoique les données scientifiques ne permettent pas d’établir clairement un lien de causalité avec le passage du destructeur ouragan, ce dernier en appelle toutefois, au nom de la justice climatique, au respect des engagements pris par les pays développés en matière de renforcement des capacités, de financement de l’adaptation et d’appui approprié sur la question des pertes et dommages liés aux changements climatiques…

Retrouvez l’intégralité de cet article sur Le Nouvelliste