A Paris, les initiatives se multiplient en faveur du climat

Du 30 novembre au 11 décembre, Paris, capitale de la France, accueille 150 chefs d’Etat et de gouvernement, des milliers de délégués venus de tous les continents. Jamais une conférence n’avait accueilli autant d’autorités venues d’autant de pays. Jamais non plus, les attentes d’un accord « à la hauteur des enjeux climatiques » des parties n’ont été aussi élevées. 

Pour le président François Hollande, hôte de la COP21, il est clair qu’aucun pays, aucune région n’est à l’abri des effets du dérèglement climatique. Le chef de l’Etat français pose les 3 conditions suivantes pour que la Conférence de Paris soit un succès ou non : définition d’une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C ou même dès 1,5°C si c’est possible ; réponse solidaire au défi climatique (aucun territoire ne doit être laissé seul face au dérèglement climatique et, notamment, les pays les plus vulnérables) ; et enfin, mise en mouvement de toutes nos sociétés dans leur grande pluralité, diversité.

Dans son allocution d’ouverture du Sommet de la COP21, le 30 novembre dernier, le secrétaire général de l’ONU, Banki-moon reconnaît que le temps n’est plus à la stratégie de la corde raide et presse les dirigeants de la planète à mettre en place un régime sur le climat qui énonce clairement les règles du jeu et que tous les pays s’engagent à suivre.

18 pays et plus de 60 organisations lancent une alliance mondiale sans précédent pour le secteur du bâtiment et de la construction et la lutte contre les changements climatiques

Une alliance mondiale sans précédent pour le secteur du bâtiment et de la construction a été lancée le jeudi 3 décembre 2015 par 18 pays et plus de 60 organisations afin d’accélérer et d’intensifier l’énorme potentiel de ce secteur à réduire ses émissions de CO2 et littéralement construire une plus grande résilience aux changements climatiques dans les villes et dans les infrastructures futures.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur Le Nouvelliste